Select Page

Mois : avril 2015

Philippe Bilger, le sexiste décomplexé

Le blogueur réac Philippe Bilger confesse sur le Figarovox et sur son propre site qu’il a envie d’être sexiste. Cela implique qu’il ait envie de cautionner un système de violences envers les femmes, voire d’y participer. Cet aveu, venant d’un homme qui s’est par ailleurs plusieurs fois exprimé à propos du traitement du viol par l’institution judiciaire et dont la parole est relayée par plusieurs grands médias, est à prendre au sérieux, d’autant qu’il rend responsables les féministes de cette envie. Ancien avocat général à la cour d’assises de Paris, il offre ainsi, en creux, une hypothèse d’explication à...

Lire la suite

Wauquiez, premier assisté, premier fraudeur : une lettre ouverte

Monsieur le faux député, L’assistanat à dénoncer en France, c’est vous. Pas les prestations pour les malades, les précaires, ni les bénéficiaires de la CMU. Vous : un député payé pour ne pas faire son travail de député. En témoignent vos ridicules taux de présence dans l’Hémicycle (19 semaines de présence seulement en un an d’activité !), votre absence en commission (14 présences relevées seulement sur tout l’exercice parlementaire des 12 derniers mois), l’absence de la moindre participation à un rapport parlementaire. Vous ne faites pas le travail pour lequel vous êtes payé. Vos émoluments de parlementaire financent votre tournée de...

Lire la suite

« Sale con » : quand le député Lambert assume ses valeurs anti-démocratiques

Voici comment le député Jérôme Lambert (j’ai analysé mes récents échanges avec lui dans le billet précédent)  réagit quand on lui confirme que son opposition au mariage pour les couples de même sexe et aux droits des familles homoparentales fait de lui un homophobe :   @PeabodyJoshua @apgl1 @homoparentalite @SOShomophobie je ne suis pas homophobe et si vous le pensez vous êtes un sale con. — jerome Lambert (@jeromelambert16) 12 Avril 2015 Et voici ce qu’il répond quand on lui rappelle que rien dans le programme socialiste, pour lequel il a été élu avant de passer radical, ne justifie son opposition au mariage pour tous, ni son soutien au projet anti-démocratique de loi sur le renseignement, qui prévoit la surveillance de masse des citoyen-nes : @PeabodyJoshua @apgl1 @homoparentalite @SOShomophobie Ma profession de foi : « je serai un député libre de mes choix en vous rendant compte » — jerome Lambert (@jeromelambert16) 12 Avril 2015 Traduction : « je ferai ce que je veux indépendamment de ce qui a été écrit dans ma campagne, et je vous insulterai si vous me demandez des comptes ». Un grand moment de démocratie, en attendant les débats sur la loi liberticide, dont le député a révélé dans son post d’hier sur mon blog les objectifs réels : faire taire les voix démocratiques qui critiquent le pouvoir en place, les promesses non tenues et les responsables...

Lire la suite

Jérôme Lambert : de l’homophobie au mépris des citoyen-nes

Se marier, fonder une famille, élever des enfants dans la même sécurité juridique : c’est « faire n’importe quoi » quand il s’agit de couples de même sexe selon le député Jérôme Lambert dans un tweet qu’il a publié ce soir. Il renchérit dans un commentaire à cet article en indiquant que les causes que je défends – dont l’égalité des droits et la lutte contre les LGBT-phobies – sont  des plus « débiles » et « abjectes ». Il se corrige le lendemain en indiquant qu’il désignait des « comportements » par ses adjectifs. Les comportements LGBT ? [Mise à jour Samedi 11 avril 16 h 50 : rajout de la mention des « comportements » dans le chapeau et du post-scriptum.] Le contexte Ancien député socialiste, devenu radical l’année dernière, Jérôme Lambert s’est opposé à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, contre les engagements de son propre parti. Il a choisi de dialoguer avec la Manif pour tous et les Veilleurs. Je le croise ce soir sur Twitter. Il est interrogé par des citoyen-nes inquiEtEs de l’atteinte aux libertés que représente le projet de loi sur le renseignement, discuté la semaine prochaine. Alors qu’il ironise (« déjà tout petit je regardais par le trou de la serrure » écrit-il pour se moquer des critiques de ce projet qui programme la surveillance généralisée des citoyen-nes), je lui rappelle le sérieux du sujet et lui demande où sont ses engagements...

Lire la suite