Se marier, fonder une famille, élever des enfants dans la même sécurité juridique : c’est « faire n’importe quoi » quand il s’agit de couples de même sexe selon le député Jérôme Lambert dans un tweet qu’il a publié ce soir. Il renchérit dans un commentaire à cet article en indiquant que les causes que je défends – dont l’égalité des droits et la lutte contre les LGBT-phobies – sont  des plus « débiles » et « abjectes ». Il se corrige le lendemain en indiquant qu’il désignait des « comportements » par ses adjectifs. Les comportements LGBT ?

Visuel de la Quadrature du Net

Visuel de la Quadrature du Net

[Mise à jour Samedi 11 avril 16 h 50 : rajout de la mention des « comportements » dans le chapeau et du post-scriptum.]

Le contexte

Ancien député socialiste, devenu radical l’année dernière, Jérôme Lambert s’est opposé à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, contre les engagements de son propre parti. Il a choisi de dialoguer avec la Manif pour tous et les Veilleurs.

Je le croise ce soir sur Twitter. Il est interrogé par des citoyen-nes inquiEtEs de l’atteinte aux libertés que représente le projet de loi sur le renseignement, discuté la semaine prochaine. Alors qu’il ironise (« déjà tout petit je regardais par le trou de la serrure » écrit-il pour se moquer des critiques de ce projet qui programme la surveillance généralisée des citoyen-nes), je lui rappelle le sérieux du sujet et lui demande où sont ses engagements électoraux. Rien, dans le programme du PS pour lequel il roulait à l’époque, n’implique une telle restriction de nos droits et une telle exposition à un système digne de Big Brother.

Lambert s’indigne et me demande si j’ai lu sa profession de foi. Je lui réponds qu’en tant qu’homo, je connais bien ses idées politiques et ses discours, et rajoute un beurk pour qu’il comprenne à quoi je fais allusion.

Le député répond alors un premier tweet homophobe :

@PeabodyJoshua  pourquoi « homo » ? À ce titre vous pensez être plus intelligent que ceux qui ne le sont pas ??

— jerome Lambert (@jeromelambert16) 10 Avril 2015

Ce message est homophobe. Affirmer son identité homo, c’est lutter contre la honte dans laquelle des gens comme Lambert veulent nous tenir. C’est la fierté d’être ce qu’on est contre celles et ceux qui veulent vous réduire au silence. C’est une arme indispensable dans le combat contre l’homophobie. Lambert invalide cette fierté et fait de l’affirmation de son homosexualité le signe d’une arrogance.   Comme je clarifie mes reproches en lui indiquant qu’il y a un lien logique entre s’être opposé aux droits des homos et menacer aujourd’hui les droits citoyens, il répond :

La chose est donc claire : pour les couples de même sexe, se marier, avoir des enfants, fonder une famille, c’est faire n’importe quoi. Comme je lui signale son homophobie, l’intéressé tentera de se justifier en reprenant la rhétorique de la Manif pour tous :

 

La réponse à cette question a été maintes fois apportée par l’APGL, ou l’ADFH. Mais Lambert préfère discuter avec l’extrême-droite catholique plutôt que de se pencher sur les arguments fondés des familles directement concernées par les inégalités. De même, il préfère à l’expertise citoyenne d’associations comme la Quadrature du Net, les discours démagogiques des marchands de peur qui militent pour la loi sur le renseignement.

Rien, dans le programme socialiste pour lequel il a été élu, ne justifie que Jérôme Lambert renforce la surveillance généralisée des citoyen-nes en France et réponde aux actes terroristes par des mesures de peur et de suspicion. De même, tout dans le programme socialiste l’incitait à oeuvrer pour l’égalité des droits entre homos et hétéros.

Quand on lui fait remarquer ses paradoxes, à lui qui a été élu avec des voix de personnes qui ont lu sa profession de foi, mais aussi le programme du PS qui a financé sa campagne, l’intéressé ne répond que par le mépris et l’ironie, et ne peut s’empêcher des sorties homophobes. Quel respect avoir pour les institutions censées garantir la démocratie avec de telles pratiques ? Comment ces notables peuvent-ils se penser si intouchables au point de refuser de rendre des comptes quant à leurs engagements ? Pourquoi nos institutions ne prévoient-elles pas de destituer des élues qui contreviennent à ce point à ce qui a été dit dans leur campagne électorale ? Comme les élections – désertées de plus en plus précisément à cause de ce type de pratiques – ne sont pas des sanctions, puisque des Jérôme Lambert peuvent revenir avec de nouvelles promesses et aucun compte à rendrei, l’intéressé peut continuer à mépriser les citoyen-nes qui luttent effectivement pour une démocratie réelle où les mots liberté et égalité ne sont pas vidés de leur sens.

Dès lors, ne restent que les actions de protestation et le web pour signaler l’incurie des Jérôme Lambert et espérer une autre façon de faire de la politique. Et ce sont précisément ces espaces de liberté que lui et ses pair-es à l’Assemblée entendent réduire en faisant passer pour terroristes de simples citoyen-nes critiques, au nom de critères (« paix publiques », « intérêts économiques et scientifique de la France ») des plus vagues. La loi n’aura aucun impact contre le terrorisme – ce sont des magistrat-es et des policiErEs qui le disent- mais réduira un peu plus au silence les critiques des politiques qui seront assimilés à des terroristes. Quand on sait que Jérôme Lambert a accepté de dialoguer avec la Manif pour tous, on sait qui, dans un proche avenir, il va identifier comme terroriste. Et ce ne sera pas l »extrême-droite catholique quand elle nous maltraite.

 arton157-964c2

Post Scriptum : Lambert, comme d’autres homophobes, cherche à se justifier. Il envoie hier soir un commentaire et se plaint 10 minutes après que je le censure, car son post n’est pas publié. Lambert, qui dispose de plusieurs attaché-es parlementaires pour faire son travail, doit s’imaginer que tout le monde vit avec des assistant-es. je regarde l’interface de mon blog sur Yagg, et ne voit aucun commentaire en attente, ce que je signale à l’intéressé, en supposant qu’il a mal validé.

Dans son commentaire, Lambert indique qu’il déplore que le net soit encore un espace de liberté. Il assume donc la censure.

« Ce sont ces agissements qui servent les causes les plus abjectes ou les plus débiles. Vous en portez encore un témoignage que chacun peut déplorer. »

ajoute-t-il. Or, le témoignage qu’il déplore et que je porte est celui de combats pour la démocratie, critique envers l’incurie de certain-es élu-es comme lui ; et les combats des droits pour les LGBT. Autrement dit, les causes LGBT et citoyennes sont les plus abjectes et les plus débiles.

L’élu essaie depuis cet après-midi de se justifier. Il estime être insulté quand je le qualifie d’homophobe, alors qu’il ne voit qu’une divergence d’opinions. Lambert fait partie de ses homophobes qui voudraient revoir le sens de ce mot. Je lui rappelle ce qu’il a dit des causes LGBT. Il me répond alors :

 

Or, non seulement je sais lire, et chaque lecteur-rice ici pourra bien voir que Lambert parle bien des « causes » dans son  commentaire. Mais par ailleurs, de quel comportement veut parler Lamber. Du comportement d’un homo qui l’interpelle sur son homophobie ? Etrange manière de se défendre de toute homophobie.

En attendant, le commentaire de Lambert est très clair : la loi Renseignement n’est pour lui qu’un prétexte à faire fermer des espaces critiques du pouvoir politique. Lambert assume à fond la portée anti-démocratique de cette mesure. Et ne répond évidemment jamais sur les questions autour de ses engagements électoraux.