La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

VendeurSEs de haine
Analyse des discours qui nous infériorisent
Dernier Billet
Actu | homophobie | sexisme | 29.12.2016 - 22 h 07 | 4 COMMENTAIRES
Homophobie et incompétence chez les médecins-pas-pigeons
Étiquettes : , , ,

Légitimement dénoncé pour son homophobie, le post d’un praticien sur le groupe Facebook « les médecins ne sont pas des pigeons » révèle aussi un manque de formation continue et un mépris pour les patient-es.

Fondé par des médecins qui dénonçaient la hausse de la TVA pour les actes de chirurgie esthétique, ce groupe Facebook a déjà été dénoncé pour ses propos réactionnaires et sexistes. Cet article du Nouvel Obs en fait le tour.

La fresque sexiste représentant le viol de Wonder Woman et destinée à la ministre de la santé Marisol Touraine avait été relayée sur ce groupe, donnant lieu à des commentaires sexistes qui ont valu à leurs auteurs des poursuites. Le responsable et créateur du groupe, Philippe Letertre, a bénéficié d’un non lieu puisqu’il n’était pas l’auteur des propos et qu’il les a modérés rapidement. Son message, épinglé en haut du mur du groupe alors qu’il était poursuivi, en dit cependant long sur son éthique : « En tant qu’administrateur et créateur de ce groupe je suis mis en examen au TGI de Paris dans le cadre de l’affaire de la fresque de Clermont-Ferrand. Des injures ont été proférées à la suite de ce post.
J’avoue être assez serein quant à mon sort ( aucune injure de ma part et injures modérées rapidement), mais ca va me couter une journée et un AR à Paris.
Pour m’éviter ces pertes de temps veillez a rester polis
. » Il faut donc être poli, non pas car le racisme, l’antisémitisme, les LGBT-phobies, le sexisme ou la haine des handicapé-es sont graves et font du mal, mais juste pour éviter à Philippe Letertre d’assumer ses responsabilités.

L’intéressé précise : « Ce groupe restera le seul réseau social de médecins ou l’on peut encore parler de tous les sujets, surtout ceux qui libérent les médecins et français depuis des années, mais sachez que nous sommes lus. » L’objectif de libérer les « médecins et français » signe l’appartenance idéologique du groupe. C’est donc pour libérer les « médecins et français » que Philippe Letertre a maintenu un post et des commentaires homophobes, que seule la médiatisation de ces propos haineux a poussé les administrateurs à retirer.

L’homophobe responsable du premier post, le docteur Jean-Roch Huet, pleurniche, et use de la rhétorique habituelle autour de la liberté d’expression, de la police de la pensée, etc. : « Les sujets comme l’homosexualité génèrent d’importantes réactions à l’affect, [=les pédales sont très sensibles, les gouines hystériques] ils sont donc très utilisés pour faire de la manipulation, amplifier des émotions et créer des mouvements d’opinion qui peuvent être récupérés par des médias et politiciens peu scrupuleux. C’est un piège qu’il faut savoir éviter » ; « Du reste, nous avons reçu des messages personnels assez incroyables, souvent de la part de gens très mal dans leur peau. Mais surtout de la part de gens qui se posent en juge, juré et bourreau, qui pensent avoir le droit de décider ce qui est de l’homophobie ou non (avec une définition totalement variable) et de condamner comme ils le veulent. Des gens qui pensent avoir le droit de censurer tout ce qui les dérange, sur Internet comme ailleurs. »

Si l’homophobie du post et sa caution par les administrateurs ont été justement critiquées, l’improbable aveu d’incompétence du médecin auteur du message haineux n’a pas été discutée. « Sa fissure anale était un chancre syphilitique. Je n’imaginais pas que ça pouvait se faire à cet endroit. » On ne savait pas que le diagnostic d’un médecin français libéré devait autant à ‘l’imagination’. On pensait bêtement qu’il devait se documenter. Par exemple, sur ce site associatif (Arcat Santé), on explique bien que si le chancre syphilitique standard est situé à 95 % dans la région génitale, « les chancres extra-génitaux sont buccaux (amygdales, langue), sur les lèvres, anal ou rectal. »

Mais le médecin homophobe poursuit : « je croyais que la syphilis était une maladie du passé et que VDRL TPHA étaient des examens qu’on demandait par habitude mais qui ne servaient plus à rien. » Nous voici donc sur un mur de médecins réactionnaires qui se moquent du coût de leur activité pour la Sécurité sociale, et voici un d’entre eux qui indique qu’il prescrit des examens qui, selon lui, ne servent à rien. Et il vient d’avoir une épiphanie : ben, si, ça sert. Voici donc un médecin qui reconnait implicitement qu’il ne lit pas la littérature médicale, qu’il ne se met pas à jour. Les alertes sur la syphilis sont suffisamment nombreuses pour émettre l’hypothèse que si ce praticien les a ignorées, c’est précisément par homophobie, vu que l’épidémie concerne avant tout les hommes ayant des relations sexuelles avec les autres hommes.

On notera enfin l’éthique douteuse du médecin : « s’il avait été opéré pour rien, j’aurais été vraiment mal. » Alors que ce pédé de patient, il aurait juste eu quelques jours d’arrêt qui nous coûtent si cher dans nos cotisations…

On conseillera donc à Philippe Letertre et Jean-Roch Huet de cesser de dévoyer la liberté d’expression pour justifier l’expression de la haine anti-LGBT ou anti-femmes, de mesurer que l’homophobie empêche un médecin de faire correctement son métier, comme le prouve le post qu’ils ont dépublié. On leur conseillera aussi de publier sur leur page les données épidémiologiques sur la syphilis. Mais qu’ils le sachent : les médecins réactionnaires de leur groupe ne sont peut-être pas des pigeons, mais leurs patient-es, les LGBT, les féministes non plus, et nous ne laisserons plus faire.

Photo du profil de jeromemartin
Publié par
Ancien militant d' Act Up-Paris, j'analyse dans trois blogs différents les discours de haine qui nous infériorisent, les enjeux de la lutte contre le sida et notamment des PrEP.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
LES réactions (4)
Homophobie et incompétence chez les médecins-pas-pigeons
  • Par Dominique DEBRAY 12 Jan 2017 - 18 H 57

    Il y a dans l’histoire trop d’exemples où les victimes deviennent des bourreaux. Que de propos haineux dans ce post! Et que je jugements (qui ne relèvent que de la justice) comme par exemple : »Mais le médecin homophobe poursuit (…)  » . Or, ce médecin est-il homophobe ? Ou bien (il y a une nuance de taille) : a-t-il tenu des propos homophobes ? Ou bien (question juridique) : a-t-il tenu des propos qui sans être homophobes sont indignes d’un médecin ?
    Toute exagération nuit à la cause qui est défendue.

     
    • Par jeromemartin 13 Jan 2017 - 16 H 32
      Photo du profil de jeromemartin

      « Les victimes deviennent des bourreaux » : bel exemple de complicité corporatiste à la haine et à l’incompétence. Et les arguties pseudo-juridiques : rien n’a changé depuis Diafoirus et Molière.

       
      • Par jeromemartin 14 Jan 2017 - 13 H 55
        Photo du profil de jeromemartin

        Je ne publierai pas la réponse de cette personne qui assimile la désignation de l’homophobie à une discrimination et à une atteinte aux droits de l’homme : ce qui impose que les associations LGBT soient des ennemis des droits humains. Ce blog est un espace safe, où on peut émettre des critiques, mais où on ne vient pas étaler son ignorance haineuse de l’homophobie et de ses conséquences (dont j’ai témoigné il y a quatre ans dans ce billet)

         
  • Par dudu 03 Jan 2017 - 12 H 16

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10208242962051120&set=p.10208242962051120&type=3&theater

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    Publicité