J’ai été vice-président d’Emmanuelle Cosse à Act Up-Paris. Je commente son appel à voter Valls ligne à ligne en confrontant son discours à mes souvenirs et la réalité politique d’aujourd’hui.

Venue à la politique par le militantisme associatif,

et en reniant ce dernier,

j’ai fait le choix de l’action au sein du gouvernement pour donner corps à mes idées et mes convictions.

tu as fait le choix de l’action au sein de ce gouvernement au moment où celui-ci défendait la déchéance de la nationalité pour les personnes condamnées pour terrorisme – une des mesures-phares du Front national. Ce choix vaut acceptation du racisme institutionnel que tu combattais à Act Up-Paris.

Je crois toujours qu’en politique, le bon chemin est celui de l’alliance de la radicalité et de la responsabilité, une synthèse entre bonne gestion et utopie.

Les douze mois de ta participation au gouvernement l’ont montré : la radicalité fascisante, raciste et anti-social de ta majorité a écrasé la responsabilité des militant-es antiracistes, écolo, LGBT, etc. Et la « bonne gestion » policière des manifs anti-lois travail a eu raison de l’ « utopie » des Nuit Debout.

En ce jour de débat pour le deuxième tour de la primaire, je pense crucial d’alerter les deux candidats pour que l’un et l’autre créent les conditions d‘un large rassemblement à gauche, et donc d’une poursuite de la transition écologique et sociale pour les cinq prochaines années.

Là, j’essaie de ne pas trop rire avec le mot « poursuite ».

La majorité actuelle a mis en œuvre de grandes réformes.

Qui ont permis la surveillance de masse et le démantèlement du code du travail que tu as approuvés en participant à ce gouvernement.

La loi de Transition énergétique et la COP21 sont historiques.

L’assignation à résidence et la criminalisation des militantEs aussi.

En matière de logement, la gauche aura fait adopter quatre grandes lois et nous avons doublé nos capacités d’hébergement pour toutes les personnes en détresse.

LOL

Il nous revient, face à la droite et l’extrême droite,

Tu crois vraiment qu’une majorité de droite aurait eu une réaction différente après la mort d’Adama Traoré ?

de tout mettre en œuvre pour maintenir la France sur les rails du progrès social et écologique.

Avec les bus Macron, plus besoin de rail, plus besoin d’écologie.

Car c’est bien de cela dont il s’agit.

Alors, pour celles et ceux qui n’ont pas suivi, on résume : il faut sauver le train France, et la gauche parce que cet électorat d’abruti-es, il a pas bien vu que nous, « la gauche », avec nos lois démantelant le travail, avec nos politiques budgétaires et fiscales épargnant les plus riches et les grands patrons, démantelant l’hôpital et la santé, et l’éducation, ben, quand même, on a sauvé la France, hein.

Je considère que l’enjeu des prochaines semaines n’est pas la recomposition de la gauche par des écuries se disputant l’après-présidentielle.

Ben, en même temps, si tu considères que ce n’est pas cela, pourquoi en parler ?

Il est encore moins de choisir le futur premier secrétaire du Parti socialiste.

LOL

Cela reviendrait en creux à acter la défaite de la gauche et des écologistes en 2017. Cette logique m’est insupportable.

Alors qu’ « acter en creux », par ton silence, l’expulsion de personnes gravement malades dans des pays où elles ne pourront pas se soigner, toi, l’ancienne présidente d’Act Up-Paris, tu ne trouves pas cette logique insupportable.

Je ne me résous pas à un échec en 2017. La responsabilité de toutes et tous, de Manuel Valls comme de Benoit Hamon, est de faire de cette primaire un outil de rassemblement plutôt qu’un outil de division. C’est une obligation pour pouvoir se tourner résolument vers l’avenir. A chacune et chacun de prendre ses responsabilités.

Tu cherches un job.

Pour ma part, en tant que femme écologiste, de gauche et européenne, je soutiendrai, sans hésitation, le vainqueur de la primaire.

Tu cherches un job.

Par ailleurs, parce que s’engager c’est faire des choix et les assumer publiquement,

Tu assumes donc, au vu de ton engagement des douze derniers mois  : les assignations à résidence de personnes parce que jugées musulmanes, les baisses de subventions à la lutte contre le sida dans les pays pauvres, le matraquage de manifestant-es, la caution aux fraudes fiscales, les expulsés du 48 rue de la République de St Denis à la rue, le démantèlement du code du travail, la violence envers des manifestant-es, la non-scolarisation des rroms ou des migrant-es nouvellement arrivé-es, le démantèlement des ZEP, la pénalisation des clients de prostitué-es au mépris des impératif de droits ou de santé, le harcèlement des musulman-es, etc . Tu assumes donc cela publiquement.

je souhaite expliquer mon choix pour le deuxième tour de la primaire : après avoir soutenu François de Rugy au premier tour, je voterai pour Manuel Valls au second.

J’apprends donc que tu as soutenu de Rugy, le mec qui a voté la loi Renseignement.

Benoit Hamon a de grandes qualités et a mis au débat des propositions fortes que, pour certaines, je partage. Mais la question programmatique n’est pas le seul déterminant d’un vote. Il y a aussi ma loyauté envers la majorité actuelle, qui me pousse à aller au bout de mon engagement et à soutenir un candidat qui assume un bilan que je juge imparfait mais positif.

Tu cherches un job.

Surtout, Manuel Valls, malgré les désaccords que je peux avoir avec lui, me parait le mieux placé pour faire gagner la gauche.

Il faudra attendre ton livre pour savoir quels sont les désaccords ? Et pour comprendre à quel moment tu as estimé que Valls était de gauche ? Et à quel moment tu as viré à droite ?

Au ministère du Logement et de l’Habitat durable, j’ai pu apprécier son éthique de la responsabilité, son sens de l’Etat et sa solidité dans les moments difficiles.

Les familles de Rémi Fraisse ou d’Adama Traoré aussi. Entre autres.

J’ai la conviction qu’il saura être à la hauteur de la fonction présidentielle.

Comme Napoléon III

Mais mon soutien s’accompagne d’une exigence

Je te retrouve enfin Emma, digne et intimidante. J’attends tellement de la fin de cette phrase.

Manuel Valls doit faire la démonstration de sa capacité à rassembler et intégrer plus fortement le paradigme écologique, désormais central à gauche.

Waouuh : Dans 5 ans, tu nous diras « XXX doit faire en sorte que rien n’empêche de penser qu’il esquive la nécessité de s’inscrire dans cette logique qui ferait que ». Tant de radicalité, tant d’exigences utopiques : je n’en peux plus !

Alors que le débat d’entre deux tours me parait prendre un mauvais tour, il est encore temps de montrer qu’une dynamique collective, et donc victorieuse, est possible.

Méga LOL.

L’écologie peut être ce pont qui unit les gauches.

Uniquement si le pont est un paradigme intégré à l’exigence la démonstration de la nécessité du bilan de Manuel Valls. Parce que sinon, rien de tout cela n’a vraiment de sens.