Suite aux propos d’Emmanuel Macron sur « l’humiliation » qu’aurait vécue les opposant-es à l’ouverture du mariage, j’ai envoyé à l’équipe de campagne du candidat le texte que j’avais écrit ainsi que le témoignage que j’avais publié en décembre 2012 sur les pensées suicidaires qui m’avaient envahi à l’époque. Je publie ma sollicitation, la réponse-type que j’ai reçue cet après-midi et la réaction que j’ai envoyée, en y corrigeant quelques coquilles.

Madame, Monsieur,

Militant pour les droits des personnes lesbiennes, gaies, bi, trans,
queer et intersexe, j’ai pris connaissance des propos d’Emmanuel Macron
dans le Nouvel Observateur. Vous trouverez à ce lien ma réaction :

http://vendeursesdehaine.yagg.com/2017/02/16/macron-humilie-les-lgbtqi/

Pour information, voici le témoignage que j’avais publié sur mon
sentiment suicidaire pendant les débats sur la Manif pour tous. Cela
incitera peut-être Emmanuel Macron à corriger sa falsification de
l’histoire récente, véritable insulte pour toutes les victimes
d’homophobie ces dernières années :

http://spinozamonami.yagg.com/2012/12/09/ce-que-lhomophobie-nous-fait-suicide-un-temoignage/

L’homophobie tue. En flirtant avec les homophobes, en inversant les
violences, Emmanuel Macron les cautionne.

Jérôme Martin

 


Bonjour,

Merci pour votre message. Nous comprenons vos interrogations sur le sujet, et souhaitons vous donner quelques précisions.
Emmanuel Macron est favorable à la loi sur le mariage pour tous, et a exprimé dans le Nouvel Observateur son profond attachement pour les droits de la communauté LGBT.
En revanche, il a insisté sur la manière dont le débat a été conduit par le gouvernement, et il regrette un manque de concertation sur ce sujet clivant qui aurait nécessité, selon lui, davantage de dialogue entre les parties.
Nous espérons que ces éléments sauront vous éclairer sur les positions d’Emmanuel Macron.
Merci encore pour votre message,

Florian, pour l’équipe d’En Marche
———————————————————————————————————–

Monsieur,

Merci pour ce mail-type qui montre que vous n’avez pas lu les articles
envoyés en lien : beau sens du dialogue personnalisé.

Lorsque vous écrivez « il regrette un manque de concertation sur ce
sujet clivant qui aurait nécessité(…) davantage de dialogue entre les
parties », vous réécrivez l’histoire.

La manif pour tous, malgré ses messages de haine, a été reçue deux fois
par François Hollande, trois fois par Manuel Valls alors ministre de l’intérieur. Dans le même temps, les associations LGBT n’ont pas été reçues.

Le débat parlementaire a été reculé pour favoriser de nouvelles
auditions, alors même que l’ouverture du mariage était inscrit dans le
programme électoral et bénéficiait d’un large soutien de l’opinion
publique.

Les revendications de la Manif pour tous ont été entendues : François
Hollande a évoqué une « liberté de conscience des maires », argument qui
est aujourd’hui utilisé par certain-es élu-es pour refuser des mariages
à des couples d’hommes ou de femmes. La Manif pour tous a été suivie
pour l’essentiel : le débat sur la filiation n’a pas eu lieu,
l’ouverture de la PMA, prévue dans un amendement, a été abandonnée sous
pression du gouvernement dont Emmmanuel Macron a fait partie, sans
qu’il ne réagisse, les ABCD de l’égalité ont été retirés des écoles où
ils étaient expérimentés par le gouvernement dont Emmanuel Macron a fait partie, sans
qu’il ne réagisse.

Il est donc bien placé pour savoir que la Manif pour tous a été écoutée
et entendue, et que la plupart de ses revendications ont été acceptées
par le gouvernement.

Vos propos sont donc une réécriture de l’histoire.

Par ailleurs, lorsque vous parlez de « dialogue entre les parties », vous
imaginez qu’un dialogue est souhaitable et possible entre une minorité
puissante qui veut notre mort, sociale, politique ou physique, et ses
victimes. Une telle posture nie les oppressions dont nous sommes
victimes et cautionne les discours de haine.

Promouvoir l’ouverture du mariage ou celle de la PMA ne suffit pas :
ces revendications, ce sont les militant-es LGBTQI qui les ont imposées aux
politiques, notamment au PS qui n’en voulait pas. De toute évidence,
quand vous accordez le même crédit aux homophobes qu’aux militant-es,
comme le gouvernement PS vient de le faire, nous savons que vous
n’adopterez pas ces mesures si vous venez au pouvoir.

Votre mail, comme les tentatives d’explication publique d’Emmanuel
Macron, sont intolérables et je continuerai à les dénoncer comme un
déni d’histoire et une caution à l’homophobie.

Je rendrai public cet échange.

Salutations

Jérôme Martin

Crédit photo : Par OFFICIAL LEWEB PHOTOS [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons