La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

VendeurSEs de haine
Analyse des discours qui nous infériorisent
Dernier Billet
Actu | 26.03.2017 - 00 h 36 | 0 COMMENTAIRES
Quand Guy Geoffroy insulte les victimes de terrorisme

Le terrorisme tue des milliers de personnes chaque année. Crachant sur les victimes, leurs familles, leurs proches, Guy Geoffroy, député Les Républicains, et soutien de Fillon, nie la mort, la peine, la souffrance ou le deuil et réduit le mot « terrorisme » à un gadget rhétorique.

Ce samedi 25 mars, le collectif Condorcet invitait des représentant-es des candidats aux présidentielles à venir présenter leur vision politique de l’éducation. C’est le député Les Républicains Guy Geoffroy qui a pris la parole pour Fillon, et il a dit cela :

Les mots sont les principaux outils d’un-e responsable politique. Guy Geoffroy est donc censé les maîtriser. Il sait donc ce qu’il dit quand il amalgame « pédagogisme » et terrorisme.

Le terme « pédagogisme » est imposé depuis trente ans par des polémistes et des groupes réactionnaires pour disqualifier la pédagogie, c’est-à-dire les discussions et débats (oui, discussions et débats : pas solutions toutes faites) pour mieux enseigner. Quel-le responsable politique honnête aurait un intérêt à ce que ce genre de débat ne se tienne pas ? Qui, depuis trente ans, se plait à disqualifier les débats sur les meilleures façons d’enseigner  ? Qui a intérêt à ce qu’on réduise le métier de prof au gavage d’oie ? Le représentant de Fillon ne le dira pas.

Mais utiliser ce seul mot de « pédagogisme » ne suffit pas à Guy Geoffroy pour clamer son dégoût de l’intelligence collective, de la réflexion critique, des discussions sur ce qui permet à un-e prof de bien faire, de mieux faire, son travail. Faute d’arguments de fond sur les débats pédagogiques, Geoffroy a besoin d’utiliser le mot « terrorisme ». Il exploite ainsi l’horreur des attentats pour gagner des points rhétoriques.

On s’imagine Guy Geoffroy, et derrière Fillon,  attendre avec impatience le prochain attentat, et, au vu du bilan, se dire « merde, il n’y a pas assez de morts, c’était pas assez violent, comment je vais faire pour ma prochaine métaphore ? ». Même les hyènes ne font pas cela.

——-

Image de Une : photo de l’intéressé sur son compte Twitter

Photo du profil de jeromemartin
Publié par
Ancien militant d' Act Up-Paris, j'analyse dans trois blogs différents les discours de haine qui nous infériorisent, les enjeux de la lutte contre le sida et notamment des PrEP.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
LES réactions (0)
Quand Guy Geoffroy insulte les victimes de terrorisme

ajouteZ VOTRE réaction
Publicité