La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

VendeurSEs de haine
Analyse des discours qui nous infériorisent
Dernier Billet
Actu | 23.05.2017 - 14 h 17 | 0 COMMENTAIRES
Si les fans d’Hanouna veulent défendre la liberté d’expression…

« On ne peut plus rien dire avec vous ! » ; « et la liberté d’expression, alors ? » : les défenseurs d’Hanouna sont très prolixes quand il s’agit d’invoquer une liberté d’expression justifiant, « humour » à l’appui, l’homophobie, le sexisme, le racisme. Mais on ne les entend pas quand le patron d’Hanouna, Vincent Bolloré, au cœur du système dont TPMP n’est qu’un rouage, censure les Guignols, la rédaction de Feu I Télé et intimide les journalistes qui enquêtent sur lui.

Le 19 mai, sur le plateau de TPMP, Castaldi défend Hanouna en regrettant qu’on ne puisse « plus rien dire, plus faire une blague ». Les fans de leur côté déclinent l’argument sous toutes ses formes :

L’argument « Je suis Charlie » s’est évidemment invité :

Il serait temps que les fans se rendent compte de la manipulation dont ils et elles sont victimes en reprenant un tel argument.

D’une part, Hanouna refuse à ses adversaires la liberté d’expression. Le 19 mai, il affirme sur le plateau « je ne veux pas entendre que je suis homophobe. » Au nom de la liberté d’expression d’Hanouna, les militant-es LGBTI et leur soutien devraient donc faire taire leur droit à prendre la parole, car l’animateur « ne veut pas entendre ». Qui est Hanouna pour intimer ainsi à des personnes légitimement exaspérés par ses pratiques de garder le silence ? Qui est du côté de la censure ?

Mais le problème dépasse la seule personne d’Hanouna et son émission. TPMP est un des rouage du système Bolloré, le groupe propriétaire de C8, et de tant d’autres médias. Ce groupe, qui paie Hanouna et son équipe, qui reçoit les bénéfices de ses sketchs homophobes, a écrasé la liberté d’expression au cours des dernières années partout où elle gênait ses intérêts.

Le système Bolloré, c’est la censure des Guignols de l’Info, jugés trop impertinents avec les responsables politiques, notamment ceux qui, corrompus, sont amis avec Vincent Bolloré. On ne se souvient pas que Castaldi ait appelé à une mobilisation pour sauver le droit de « faire une blague » sur Nicolas Sarkozy. Faut-il en penser que pour lui, il est plus urgent de défendre la liberté de pousser les homos au suicide, de les harceler, des les humilier, de dévoiler leur vie privée, que de soutenir une émission de caricature politique ?

Le système Bolloré, ce sont les pressions sur l’équipe de I Télé pour imposer un pseudo-journaliste suivi de ses accusations d’agressions sexuelles et de ses atteintes à la déontologie. Hanouna, les chroniqueur-ses de TPMP et les fans de l’émission ont-ils/elles défendu la rédaction de I-Télé contre le patron de TPMP ? Les journalistes ont-ils/elles été défendu-es une fois la grève terminée, notamment pendant les départ plus ou moins volontaires qui ont purgé la rédaction ? Les pratiques dictatoriales de Bolloré à l’égard de journalistes ont-elles été dénoncées par Hanouna ?

Le système Bolloré, c’est du harcèlement juridique contre les rédactions qui se pencheraient un peu sur les pratiques de l’homme d’affaires (voir article à ce lien) : France 2, Médiapart, et surtout Bastamag en font les frais. Concernant ce média indépendant, Bolloré n’a pas supporté que les journalistes enquêtent sur ses pratiques de spoliation des terres, notamment en Afrique, aux dépens des habitant-es (voir l’article de la plainte ici). TPMP a-t-elle évoqué les pratiques coloniales de son employeur, et l’intimidation juridique à laquelle il se livre ?

Non, les militant-es LGBTI ne menacent pas la liberté d’expression. Au contraire, ils et elles en font usage pour crier leur colègre d’être sans cesse agressé-es par des pseudo-humoristes en mal d’imagination et d’éthique. La liberté d’expression, ce n’est pas autoriser un caïd d’école à martyriser les plus faibles que soit. C’est défendre le droit de critiquer les puissant-es, les oppresseur-ses, les agresseur-ses. Qu’Hanouna se fasse passer pour victime de censure alors qu’il est un employé d’un censeur multirécidiviste devrait révolter tout le monde, ses fans en premier temps. Jusqu’à quand Hanouna va-t-il les prendre pour des imbéciles ? Il serait temps que ses fans se rendent compte que quand elles et ils défendent un spectacle banalisant la haine raciste, homophobe, sexiste, ils et elles servent les intérêts du système Bolloré, cautionnent le pillage de l’Afrique par ses groupes, contribuent au silence qui entoure ses pratiques et restreignent, tout en pensant la défendre, la réelle liberté d’expression.

Les pressions sur les sponsors de l’émission ne sont qu’un début* : il est temps de mettre fin à ce système de concentration des médias et du divertissement dans les mains de quelques actionnaires, bien contents de voir dans le déchainement médiatisé de haines réactionnaire un écran de fumée de toutes leurs pratiques qui devraient pourtant faire l’objet de toutes les attentions.

*Le compte Twitter @MaximeHaes met régulièrement à jour la liste des annonceurs qui n’ont pas déclaré qu’il retirait leur financement à TPMP.

 

Photo du profil de jeromemartin
Publié par
Ancien militant d' Act Up-Paris, j'analyse dans trois blogs différents les discours de haine qui nous infériorisent, les enjeux de la lutte contre le sida et notamment des PrEP.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
LES réactions (0)
Si les fans d’Hanouna veulent défendre la liberté d’expression…

ajouteZ VOTRE réaction
Publicité