Select Page

Auteur : jeromemartin

Homophobie au PS : le député Gilles Savary et nos « enfants de compagnie »

« Dictature de votre bon plaisir », « droit à l’enfant » : voici les éléments de langage que ce député utilise dans un mail qu’il m’adresse pour justifier son engagement contre la GPA. Il va même jusqu’à comparer la situation de parents homos ayant recours à la GPA à… des personnes adoptant un animal de compagnie. Le député socialiste Gilles Savary est signataire d’un appel sur la GPA, appel à « un débat de haut niveau ». Il s’agit en fait d’inciter la France à faire appel d’une décision de la CEDH favorable aux couples ayant eu recours à la GPA à l’étranger. J’y ai répondu par une lettre publiée sur Yagg et envoyée aux député-es concernées. Quelques minutes après l’envoi par mail, Gilles Savary me répondait par mail dont voici le début : « Je vous signale cher monsieur que la BNP à été sévèrement puni par les USA pour avoir enfreint leur droit interne en accordant , de France , des prêts à des pays qu’ils ont mis sous embargo ! Au nom de quoi , on serait xénophobe à protéger notre Droit interne ? Surtout quand il est hautement civilisé ? » Passons sur l’exemple de la BNP et des Etats-Unis, censé justifier l’argumentaire xénophobe de la lettre ouverte que je dénonçais dans mon texte : c’est hors-sujet. Les parlementaires ont bel et bien disqualifié la CEDH parce qu’internationale, et le recours à la GPA parce...

Lire la suite

GPA : débat de haut niveau ou démagogie hypocrite ?

10 députéEs socialistes publient aujourd’hui une lettre ouverte appelant la France à un débat de haut niveau sur la GPA. Derrière les paroles, il s’agit en fait d’inciter à un recours contre une décision de la CEDH qui enjoint la France de donner un statut légal aux enfants nés de GPA à l’étranger. Voici la lettre que je leur envoie ce soir. Mesdames, messieurs les 10 députéEs anti-GPA Je prends connaissance de la lettre ouverte que vous publiez aujourd’hui, « Pour que la France porte à un haut niveau le débat sur la Gestation pour autrui (GPA). » ChacunE souhaite en effet que le débat soit « élevé ». C’est la raison pour laquelle je suis surpris de voir dans votre lettre ouverte le recours à des arguments d’une démagogie xénophobe indéniable : l’étranger, voilà l’ennemi-e. « (…) Devons-nous accepter que des pratiques étrangères (USA, Inde, Canada, etc) s’imposent à nous par l’élégante entremise d’une institution internationale (la CEDH) qui nous demande de statuer en droit pour des enfants nés par GPA à l’étranger,  mais laisse pendante la question biologique, psychologique et éthique, celle des mères ? Devrions-nous accepter sans rien faire un tel « Patriot Act » de l’intimité ? ». Pour vous, donc, député-s socialistes, des pratiques sont mauvaises parce que venues de l’étranger. Elles « s’imposent » à nous (c’est qui nous ? Les étrangErEs résidant en France ne sont pas concernéEs?) La CEDH est suspecte parce qu’internationale...

Lire la suite

Petite proposition pour être réactifVE aux menaces sur le genre

Prenons un exemple : en réaction à la nomination de Najet Valaud Belkacem au ministère de l’Education Nationale, Luc Chatel tient les propos suivants sur France 2, dans l’émission Télématin, le mercredi 27 août : « Elle doit lever certaines ambiguïtés(…) sur les questions de la théorie du genre ». Ma proposition de réaction est la suivante et passe par les réseaux sociaux. L’exemple est facilement adaptable à d’autres situations. Proposition 1 : un tweet : « 1 femme meurt tous les trois jours des coups de son mec. Chatel en veut encore » ; à adapter avec tous les @ et # possibles, suivi d’un lien vers une lettre ouverte Proposition 2 : une lettre ouverte : « Monsieur, En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Le 27 août, sur France 2, à Télématin, vous auriez pu choisir de parler de cette réalité. Vous ne l’avez pas fait. Vous avez utilisé le temps médiatique qui vous était consacré à mettre en scène votre opposition à une « théorie du genre » qui n’existe que dans les fantasmes de l’extrême-droite et dans les fiches de votre équipe de communication. Vous avez été ministre de l’Education nationale, et vous savez bien qu’une telle théorie n’existe pas. Vous savez que toutes les recherches sur le genre permettent d’alimenter des actions efficaces de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes. Vous...

Lire la suite

Lettre ouverte à Nathalie Heinich

Madame, Sociologue, vous vous êtes exprimée à plusieurs reprises contre le droit des couples homosexuels à faire reconnaître leur statut juridique, d’abord en vous opposant au PaCS, puis en vous opposant à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Vous prolongez ce combat en vous opposant à l’accès à la PMA pour les couples de femmes ou l’autorisation de la GPA. Sur ces sujets, vous intervenez publiquement, en tant que sociologue, donc en tant que scientifique soumise à un certain devoir de rigueur quant aux objets qu’elle discute. Dans le numéro 180 de la revue Le débat, vous publiez un article « L’extension du domaine de l’égalité ». Vous y êtes présentée comme directrice de recherche au CNRS. Vous vous y exprimez comme sociologue. Je lis page 126 de la revue : « Remarquons ici que le  »droit à l’enfant » invoqué par les partisans d’une égalisation des statuts concernant la filiation, n’existe dans aucun texte de loi : il n’y a pas de droit à procréer (mais seulement des possibilités effectives, en fonction des dispositions physiologiques ou des pratiques sexuelles). » [C’est moi qui souligne] Je souhaite connaître le corpus de textes et d’entretiens sur lesquel vous avez travaillés et qui vous amènent à écrire que l’expression de « droit à l’enfant » est « invoqué par les partisans d’une égalisation des statuts ». En effet, à ma connaissance, l’expression « droit à l’enfant » n’a jamais été utilisée par...

Lire la suite

Gaultier Bès de Berc : une écologie de la haine

Gaultier Bès de Berc est un co-fondateur des Veilleurs, ce groupe fondé contre la loi instituant l’égalité des droits entre homos et hétéros en matière de mariage. Il vient de sortir un livre Nos limites, pour une écologie intégrale. Il présente ce livre dans une interview au figarovox. Ce n’est pas la première fois qu’un colporteur de haine prend appui sur un discours écologique pour déverser sa haine des minorités. Pour ne prendre qu’un exemple, aux Etats-Unis, en 1987, des partisans de « l’écologie profonde » du journal Earth First estimaient que le sida était le bienvenu comme outil de régulation...

Lire la suite